Urgent Credit : la meilleure solution pour trouver gratuitement et rapidement le crédit consommation, prêt personnel, crédit renouvelable, assurance ou financement à crédit qui vous convient.
Questions et infos ? Contactez-nous

Offre du moment

Actualité du crédit : «PMU : Nous voulons figurer parmi les trois premiers acteurs en France des paris sportifs»
actualite credit loisirs

PMU :" Nous voulons figurer parmi les trois premiers acteurs en France des paris sportifs"

Dans un entretien aux « Echos », le PDG du PMU fait le point sur l'activité de l'opérateur de paris hippiques (9,26 milliards d'euros de chiffre d'affaires en 2008). Concernant son projet de développement dans les paris sportifs sur Internet, domaine dans lequel il vise une part de marché de 20 à 25 %, Philippe Germond explique l'importance d'un partenariat « stratégique » tout juste noué avec la société irlandaise Paddy Power.
Le début de l'année a été difficile pour le PMU. Au bout du compte, comment s'achève 2009 ?
Nous devrions finalement réaliser une croissance un peu en deçà de 1 %. Ce qui est bien dans le contexte actuel. Le troisième trimestre a été meilleur que le premier semestre [+ 0,6 % pour les six premiers mois, NDLR] et nous observons à nouveau une légère croissance sur le quatrième. L'évolution de notre activité est un reflet de la crise : nous enregistrons une augmentation des prises de paris, mais le panier moyen a diminué de 3 %, à 11 euros environ.
Qu'est-ce qui explique cette résistance ?
Il y a un effet positif dû à l'augmentation du nombre de courses et à l'élargissement des plages horaires. Nous avons ajouté 13 journées en nocturne ou semi-nocturne. Au bout du compte, l'offre a crû de 4 %. Nous avons également lancé de nouveaux produits comme le Quinté Flexi, qui permet de jouer au Quinté+ à 50 % de la mise. Nous envisageons d'ajouter des réunions supplémentaires en 2010. La densification a une limite : il faut un nombre suffisant de chevaux partants de qualité. Or la filière hippique française a un réservoir important. Je constate par ailleurs qu'il y a deux fois moins de courses avec prises de paris nationaux en France qu'au Royaume-Uni.
Est-ce une réponse à l'ouverture, au plus tard en juin 2010, du marché français des jeux en ligne ?
C'est effectivement une première réponse. Mais notre stratégie, c'est aussi de couvrir ce nouveau terrain. Nous l'avons déjà annoncé : nous allons diversifier notre offre de jeux en ligne. Nous ne pouvons pas rester uniquement un opérateur de paris hippiques face à nos futurs concurrents, qui vont proposer des paris sportifs, hippiques et le poker. 37 % des clients de pmu.fr font aussi des paris sportifs, et un autre tiers d'entre eux a l'intention de faire de même. C'est un enjeu de fidélisation, mais aussi un moyen de cibler une clientèle plus jeune et davantage CSP+.
Où en est la préparation de votre offre dans ce domaine ?
Nous sommes très sollicités depuis que nous avons annoncé notre diversification. Nous sommes déjà en train d'intégrer une solution technologique de la société Orbis afin de pouvoir proposer des paris à cotes fixes. Mais, surtout, nous venons de faire un choix stratégique en signant un partenariat avec le numéro un irlandais Paddy Power, qui est aussi l'un des principaux acteurs sur le marché britannique des jeux en ligne. Paddy Power, qui exploite également un réseau de 250 établissements de paris, va mettre à notre disposition tout son savoir technique en matière de modélisation, ce qui nous donnera une forte compétitivité, notamment dans les paris en « live betting » [paris en direct, NDLR]. Ils auront aussi la charge de fixer les cotes et d'assurer la gestion des risques. C'est un partenariat exclusif de cinq ans. Paddy Power ne viendra donc pas s'installer sur le marché français. Il sera, en contrepartie, rémunéré sur la marge générée.
Quelle est votre ambition ?
Sur les paris sportifs, nous voulons figurer parmi les trois premiers acteurs en France, avec une part de marché de 20 % à 25 %. Nous aurons une seule marque : Pmu.fr. Sa notoriété est incomparable. La valeur du PMU, ce n'est pas seulement sa rentabilité, soit un résultat net de 736 millions d'euros en 2008. C'est aussi sa base de clientèle, dont nous gardons la totale maîtrise : nous avons 6,5 millions de clients qui parient au moins une fois l'année et 2,5 millions de clients réguliers. Sur Internet, nous faisons déjà 650 millions d'euros de paris avec plusieurs centaines de milliers de joueurs.
Quand serez-vous prêts ?
Pour être un des leaders du marché des paris sportifs, il faudra être prêt le jour de l'attribution des licences. La décision définitive de lancement sera prise avec les sociétés de courses, France Galop et la Société du Cheval Français, en fonction de la loi.
Quel sera le degré d'animation de votre site ?
Il est évident qu'un site de paris sportifs deviendra un véritable portail sportif délivrant de l'information en continu. Nous ferons appel à une agence spécialisée qui assurera le flux d'informations sportives, mais aussi probablement à des journalistes et à des sportifs, ainsi qu'à des groupes de communication et de médias.
Quel type de partenariats ferez-vous en matière de sponsoring ?
Nous sommes présents depuis longtemps sur le Tour de France, et les dernières études de retombées sont très positives. Nous sommes également satisfaits de notre partenariat avec le Top 14 de rugby. Nous avons débattu en interne pour savoir si, en matière de football, sport qui concentrera près de 80 % des paris sportifs, nous devions être partenaires d'une équipe en particulier. Fidèle à la culture propre au pari mutuel en vigueur dans les courses, nous préférons ne pas être partisans. Nous sommes oecuméniques, donc nous nous associerons toujours à une compétition ou une institution sportive.
Comptez-vous, à l'instar de la Française des Jeux, proposer des paris sportifs dans votre réseau en dur ?
La loi nous l'interdit. L'ouverture ne concerne que les paris sur Internet. Pour le réseau physique, la Française des Jeux conservera son double monopole sur les loteries, les jeux de grattage et sur les paris sportifs, comme nous le garderons dans notre réseau pour les paris hippiques. C'est comme cela.

(source Les Echos 12-11-09)

Faites votre demande de crédit loisirs ou de crédit renouvelable avec Urgent Credit

Retour